vendredi 27 mars 2015

Luc Bambara : Le football et la danse ma passion

Il se nomme Luc Bambara, jeune burkinabè qui se crée son petit chemin dans le domaine de la danse contemporaine. Dans ce billet, premier jet d’une série d’interviews, je vous invite à entrer dans l’univers de ce jeune homme aux talents immense qui fait la fierté du Burkina Faso au Canada. Comment vit-il au Canada ? Quelles difficultés y rencontre-t-il ? Ses liens avec son pays natal ; découvrez Luc dans cet entretien.

LeBloGust : Bonjour Luc, comment vas-tu, peux-tu te présenter aux lecteurs ?
Luc B. : Je me nomme Lesouta Luc Bambara du Burkina je vis a Montréal Québec au Canada, je suis un jeune et dynamique professeur de danse Africaine et chorégraphe, animateur dans un centre de jeune et je fais parti du bottin des artistes aux écoles.

dimanche 22 mars 2015

#VoteBF2015 : Djibril Bassolé candidat du CDP ?

Après avoir suivi l'interview de Djibril Bassolé sur Oméga FM ce matin, je retiens ceci : 
Djibril Bassolé
Djibril Bassolé n'a pas créé la NAFA. La NAFA veut de Djibril Bassolé comme son candidat aux élections d'octobre. Djibril Bassolé veut aller aux élections avec un grand nombre de partis politiques. Les négociations sont en cours, et même avec le CDP. Le CDP n'a pas encore son candidat.

samedi 7 mars 2015

#FESPACO2015 : De la "fièvres" à #Timbuktu

C'est fini pour la 24ème édition du FESPACO. On connait la destination de Yennenga sur son Étalon tout en or. Elle aussi elle se balade hein. Faut revenir chez toi au Burkina Faso un jour. Là vous comprenez que ce n'est pas un film Burkinabe qui a gagné sniff.
Avant d'être doré, l'étalon de Yennenga est passé devant "L'OEIL DU CYCLONE"de Sekou TRAORE du Burkina Faso. La 3ème place lui est revenue après une semaine de compétition du cinéma africain. Ce film dont on ne parlait pas beaucoup, mais qui a séduit les cinéphiles au fil du temps. Il est sur le podium avec l'étalon de bronze.
Ensuite l'étalon est passé chez "FADHMA N'SOUMER" Belkacem HADJADJ de l'Algérie. 2eme place, Étalon d'argent.
Enfin l'étalon arrange bien sa crinière pour le bon galop. Il est doré. Yennenga peut le faire galoper. Et c'est la "FIÈVRES" qu'elle donne au film super favori, dont la projection à mobilisé plusieurs milliers de cinéphiles. Timbuktu avait les faveurs de tous les pronostics mais le jury souverain a donné le visa à Yennenga pour qu'elle fasse galoper l'étalon d'or jusqu'au Maroc chez Hicham AYOUCH. C'est la quatrième fois que Yennenga y séjourne depuis le début du Fespaco.
Bravo à tous les festivaliers, félicitations à Hicham AYOUCH qui a dédicacé son prix à son assistant réalisateur qui n'est plus. Paix à son âme. Rendez-vous à été donné aux festivaliers, qui ont quitté chez eux pour venir chez eux et qui repartent chez eux, pour la 25 ème édition du 25 février au 5 mars 2017.
Tweet de Justin YARGA
Tweet de Radio Oméga
Mon tweet à l'annonce du vainqueur
Remise du trophée : le président de la transition (Michel KAFANDO) et le vainqueur (Hicham AYOUCH)

jeudi 5 mars 2015

#FESPACO2015 : Entrée en lice mal préparée pour le public de #Timbuktu

Il était annoncé, les rumeurs l'ont déprogrammé, finalement il a été programmé et projeté ce jeudi 05 mars 2015. Timbuktu. Le film aux 7 cesars. Film grandement favori pour le 24 ème Fespaco.
Oui. Les commentaires allaient bon train, les reportages fusaient sur tous les médias occidentaux accessibles au Burkina Faso.
Il ne fallait donc pas rater cette première projection.
Ce jeudi donc, profitant d'une course en ville j'ai pri mon ticket (et d'autres tickets à la demande) autour de 13 heures au ciné Burkina ...
- Vous prenez le ticket pour Timbuktu ? Me demande la guichetière. C'est bien tôt hein.
- non c'est pas tôt. On dit beaucoup de bien de ce film, je préfère être prudent pour ne pas le rater. Lui répondi-je.
Je fini mes courses, et à 16 heures, je me prends une bouteille d'eau pour me tenir compagnie durant l'attente. La foule était moyenne dehors. Le film "Cellule 512" était déjà en projection dans la salle. A 17h15 mes voisins murmures "ah il y a du monde hein est ce qu'on ne va pas s'approcher pour prendre la queue quelque part ?". Je me lève et m'approche d'une entrée ou se trouvait un policier. Une question atterri de derrière "chef on peut rentrer par cette porte là ? C'est l'entrée par ici ?". Au policier de répondre en indiquant d'un geste de la main "là bas c'est pour les détenteurs de badges, et l'autre côté c'est ceux qui ont les tickets".
Je me déplace alors pour l'entrée des détenteurs de tickets. Wouuuuuuuuuu... La foule... Mais bon on va se faufiler passer. J'appelle le propriétaire des tickets supplémentaires, je lui indique où je suis,  il me rejoint. On attend. 18 heures, le réalisateur arrive au ciné Burkina, accompagné de son équipe (techniciens, acteurs,...). Les média sont là la foule salue la star du soir "ah maintenant on commence à voir clair" entend-t-on de la foule. Que nenni. On attend toujours,  pas de communication. L'heure avance. Les rumeurs nous informent alors. "il paraît que les gens qui ont suivi le film de 16 heures ne veulent pas sortir. Donc la salle est toujours pleine". C'est pas possible. Eh oui c'était vrai. Les gens ont pris 2 tickets, une fois dans la salle, ils ne sortent plus et les détenteurs de badges aussi.  Hum le badge c'est le visa Shenguen du Fespaco. Accès à toutes les salles, toutes les séances. Personne ne communique toujours. La foule commence à taper sur la porte d'accès à la véranda du ciné Burkina (d'où il faudrait faire la queue, se faire contrôler, se nettoyer les mains au gel bactéricide du dispositif antique ebola avent d'avoir accès à la salle) . Ça grogne, on demande des nouvelles aux forces de l'ordre. Sans retour. Entre temps une petite ouverture pour dire un mot, la foule pousse, la porte s'ouvre et une partie du public arrive à rentrer avant l'arrivée de renfort des forces de l'ordre. Toujours pas de mot. Le public resté dehors tape, se plaint, demande remboursement, menace de casser la porte avec des "heuyiiii" et le désormais légendaire "plus rien ne sera comme avant". 19 heures, un monsieur qui semble être de l'organisation essai une communication sans succès parce que mal maîtrisée ou préparée : expressions qui fâchent, visage pas rassurant, voix haute. "la salle est pleine il n'y a plus de place". Quand avec une colère on lui demande :
- Qu'est ce qu'on fait des tickets si on ne peut suivre le film ?
il répond : "revenez demain ça repasse à 16 heures".
- vous savez que le film est très attendu pourquoi vous vendez plus de tickets, vous offrez beaucoup de badges. Et même les portes fermées voici des gens qui paient des tickets non ? Remboursez notre argent.
Sa réponse : "Allez-y au Fespaco (siège du Fespaco). Je ne vends ni ne coupe les tickets c'est pas mon travail" vlam.
Réplique : "alors vous portez ce bagde la pour quoi si vous ne pouvez résoudre notre problème ?". De vives échanges qui ont laissé le public amer pour cette projection.
Personnellement je me pose des questions. La délégation générale du Fespaco savait bien l'attente du public pour ce film.
* Pourquoi n'avoir pas prévu un dispositif pour cela ? Pourquoi vendre autant de ticket que de sièges sachant que les détenteurs de badges à eux seuls remplissent le ciné Burkina ?
* Pourquoi permettre aux spectateurs du film précédent de rester dans la salle pour le film suivant ? La salle doit être vidée pour mettre tout le monde sur le même pied d'égalité pour avoir accès à la salle. Aucun spectateur n'est privilégié par rapport à un autre.
* La communication/accueil sur les lieux de projections est insuffisante. Les organisateurs et les festivaliers détenteurs de badges sont confondus. Difficiles à différencier à distance. Pourquoi ne pas leur faire porter des chasubles de couleurs identiques ?
* Il faudra trouver une solution pour règlementer l'accès des détenteurs de badges aux projections. Ils sont privilégiés et les spectateurs qui achètent leur tickets se voient l'accès restreint.
* Pourquoi ne pas aménager d'autres salles plus grandes (SIAO, Amphi de l'université de Ouagadougou) avec des gradins mobiles en planches par exemple pour que chaque long métrage en compétition y soit projeté une ou 2 fois après les heures de service ?
* Vu les prétendues (potentielles) menaces qui tournaient (tournent) autour de ce film, les alentours du ciné Burkina étaient libres à la circulation. La cour était bondée de monde. Assez risqué.
Vivement que ces problèmes dont certains traînent depuis plusieurs Fespaco soient résolus pour un festival pour le public.

mercredi 4 mars 2015

#Votebf2015 : J'ai ma carte d'électeur et toi ?

Après l'insurrection des 30 et 31 octobre 2014 au Burkina Faso, tout est à reprendre. Il faudra remettre en place toute les institutions du pays. Réélire les députés, le président de la république et aller de l'avant dans la construction du pays. Les élections couplées (présidentielles et législatives) sont prévues pour le dimanche 11 octobre 2015. C'est à cette date que les burkinabé éliront le président de la république pour les cinq prochaines. Une autre personne à la tête du pays après 27 ans de gouvernance du CDP ! Il est du devoir de tous les burkinabé de participer au choix de ce président, et des députés qui les représenteront à l'Assemblée Nationale *Euuh c'est brûlé ça... Ooh on va construire une nouvelle*.  Pour participer à ce processus de choix, si tu as l'âge d'y participer, il faut te faire enrôler. Une fois enrôler, tu as ta carte d'électeur. C'est TON PASSEPORT pour voter le 11 octobre ! 

Carte d'électeur © Photo : Kali Ouibga

Si tu n'avais pas pu t'inscrire sur les liste électorale lors de la dernière mise à jour du fichier électoral, c'est pas gâté pour toi. La CENI te donne une nouvelle chance de le faire. L'objectif est d’« accroître de manière significative le taux d’inscription, et par là même, d’impacter sur le taux de participation aux élections devant mettre fin à la transition ». 
Le top départ de cette opération exceptionnelle de révision des listes électorales à été donné le hier 3 mars à Kaya par le président de la transition. 


Cette opération de révision des listes électorales en vu des élections couplées présidentielles et législatives 2015 concerne uniquement :
  • tout citoyen burkinabé, âgé de 18 ans et plus et qui ne s’est pas fait inscrire sur la liste électorale ni en 2012, ni en 2014 ; 
  • tout citoyen qui n’a pas encore 18 ans et qui aura 18 ans révolus le 31 janvier 2016 (c'est à dire si à la date du 3 mars 2015 tu n'a pas 18 ans mais après le 31 janvier 2016 si on te demande ton âge tu peux dire j'ai 18 ans) ; 
  • les étrangers justifiant d’une profession légalement reconnue et à jour de leurs obligations fiscales qui sont autorisés à prendre part au scrutin.
Mais attention, les opérateurs ne durent pas dans ta région. Voila le programme pour te guider.


Programme de l’opération


*Du 3 au 9 mars 2015 : provinces d’Oudalan, du Seno, du Soum, du Yagha, du Bam, du Namentenga, du Sanmatenga et du Kourwéogo.

*Du 17 au 23 mars : Provinces du Bazega, du Nahouri, du Zoundwéogo, de l’Oubritenga, du Lorum, du Yatenga, du Zondoma et du Passoré.

*Du 31 mars au 6 avril : Provinces du Boulkiemdé, du Sanguié, de la Sissili, du Ziro, du Bougouriba, de la Loba, du Noumbiel et de Poni.

*Du 14 au 20 avril : Province de la Balé, du Banwa, de Kossi, du Mouhoun, du Nayala, du Sourou, de la Comoé, du Léraba, du Kénédougou et de Tuy.

*Du 28 avril au 4 mai : Province de la Gnagna, du Gourma, du Komondjari, du Kompienga, de la Tapoa, du Boulgou et du Koulpélogo.

*Du 12 au 18 mai : Provinces du Kadiogo, du Houet, du Kouritenga et du Ganzourgou.



Cependant, ceux qui ont perdu leur carte d’électeur peuvent s’adresser aux démembrements de la CENI ou directement à la CENI pour solliciter un duplicata.

#FESPACO2015 : Ce que j'ai vu !

Le FESPACO 2015 bat son plein !
Après un tour dans quelques salles de projections et les reportages vus et lus ci là je partage mes impressions :


    • La cérémonie d'ouverture belle en couleur a manqué de hauteur avec l'absence du président de la transition Michel KAFANDO représenté par le Premier Ministre de la transition  Yacouba Isaac ZIDA ;
    • La sonorisation dans la salle des sports de Ouaga 2000 n'était pas agréable car la salle n'est adaptée pour les cérémonies coté acoustique ;
    • Le matériel de sonorisation semblait défectueux vu le son qu'on avait ;
    • Les artistes annoncés pour la cérémonie d'ouverture n'étaient pas tous présents (Fatoumata Diawara annoncée était absente) ;
    • Les prestations d'Alif Naaba et Ismaël Lô étaient à la hauteur des attentes ;
    • La chorégraphie présentée par Irène Tassembedo était agréable. Malgré le court temps qu'elle a eut pour préparer cela ; 
    • Les salles de projections sont climatiser *beaucoup de cinéphiles ont fermé l’œil au moins 5 minutes dans les salles vu la chaleur qu'il fait dehors* ;
    • Le dispositif sécuritaire dans les lieux de projections et rassurant (fouille des sacs, passage au scanner, patrouille de Police *CRS et UIP*, etc) ;
    • Les rumeurs de non projection du film "Timbuktu" ont été éclaircies. Papy MichKa à dit qu'on va projeter "Timbuktu" ;
    • Dispositif sanitaire anti ébola à l'entrée des salles de projections (gel bactéricide), présence d'agents de santé et des sapeurs pompiers lors des évacuations des salles ;
    • Les petits marchants ambulants qui te vendent des objets d'art de 2.500 F.CFA à 8.500 F.CFA premier prix à débattre *bénéfice maximum recherché*,taximan aussi met son prix. Chacun fait ses affaires ;
    • Y a des gens qui sont autour des salles de projections pour faire "2 doigts" (pick pocket). Si la police ne vous voit pas, Dieu vous voit ;
    • Y en aussi là bas qui cherchent visa. Ils ne font rien avec femmes noires; elles connaissent tout ça ne les intéresse pas. Tout ce qu'ils veulent c'est femme blanche peu importe son âge ;
    • Il y a journée continue de travail de 7h à 14h et assez maquis dans la ville pour se désaltéré. Sinon il y a un espace marchand pour l'occasion du FESPACO 2015 sur les parcelles de l'ASECNA au quartier Patte d'Oie. On me dit à l'oreillette que la foire à coté de la mairie de Bogodogo n'est pas celle du FESPACO.  
    • Moi j'ai ma conseillère particulière pour le FESPACO : Isabelle !


    Le clap de début du FESPACO 2015 donné par le Premier Ministre

    "Run" un des films en compétition

    Je me demande si les agences de voyages ne peuvent pas prévoir une excursion dans la ville de Ouagadougou avec un guide pour les festivaliers. Egalement les hôteliers peuvent mettre à la disposition de leurs clients une navette pour les différents lieux de projections.
    Idées business !

    Bonne chance aux réalisateurs en compétition !

    mardi 3 mars 2015

    #FESPACO2015 : Danse traditionnelle bissa

    Au passage, je vous présente une petite vidéo de danse bissa. Vidéo en date du 15 février 2015 à Tenkodogo !

    video

    Vidéo filmée de mon téléphone, so je sais que vous serez indulgents sur la qualité de l'image ! ;-) 

    Légalisation ou certification de documents ?

    Ce matin j'étais au Commissariat de Police de Ouaga 2000 pour des "légalisations" de documents (ce que certains parents appellent à tort "égalisation de documents. C'est peut-être l'action de rendre égaux les documents! :-)). 
    Dans l'attente, je me suis demandé ce que cette "légalisation" signifiait vu la rapidité de l'acte par rapport au temps que ça prenait bien avant. Voila ce que j'ai trouvé !


    Exemple de bureau de certification

    Qu'est ce que la légalisation ?

    La légalisation désigne la procédure par laquelle un fonctionnaire certifie l'authenticité de la ou des la ou des signatures apposées sur un document et, s’il s’agit d'un acte public, la qualité des personnes qui ont dressé l’acte ou dont l’acte émane. Seuls les documents originaux ou des copies conformes (pas de photocopies simples ni de scans) peuvent être légalisés. La légalisation ainsi d'attester : 

    • la véracité de la ou des signature sur le document présenté ;
    • la qualité du (ou des) signataire (s) de l'acte ;
    • l'identité du sceau (aussi appelé cachet, ou tampon ;-) ) ou du timbre apposé sur l'acte.
    La légalisation d'un acte se matérialise par l'apposition d'un cachet officiel.